Allez au contenu, Allez à la navigation, Allez à la recherche, Changer de langue

Bibliothèque d'Etude

Bibliothèque d'Etude 

mardi 26 février 2013 - Lecture du Passé

Tous les ouvrages sont centralisés à l'abbaye Saint-Paul où  ils s'entassent sans souci de classement. En 1803, la situation est telle que le sous-préfet déclare "que les livres étaient épars dans une vingtaine de cellules et y dépérissaient en raison du mauvais état des toitures".

Après bien des vicissitudes , on décide de rassembler tous les ouvrages à l'ancien collège des Jésuites à la fin de 1803. Les bâtiments de l'abbaye Saint-Paul étaient devenus nécessaires à l'installation de la sous-préfecture et du tribunal, lieux qu'ils occupent encore de nos jours.
32721 volumes sont réunis. Plus de 5000 volumes ont déjà été vendus, dispersés parce "qu'inutiles, faisant double emploi ou sans intérêt".
Le nouveau bibliothécaire Dom Ybert, va s'atteler à la tâche et "après une année d'un travail  qui faillit lui être fatal"; il mit au rebut 3000 volumes et décida d'en vendre plus de 10 000, projet qui ne fut pas réalisé.
Mieux encore, il empêche, Dom Maugerard de mettre à exécution son projet. Il était chargé de choisir dans les bibliothèques tous les doubles pour former celle du grand séminaire de Metz. 
Son travail permet de connaître exactement le fonds primitif de Verdun.
Quant à la rédaction du catalogue, notre bibliothécaire écrivait au maire en 1810 qu'il était dans sa tête mais qu'il n'était pas écrit ! Quelques années furent encore nécessaires !
Le catalogue des manuscrits et incunables est publié en 1875.
Il faudra attendre 1884 pour voir imprimer le catalogue "histoire", 1888 pour la "littérature" et 1896 pour celui des "sciences et arts" : 26 304 volumes sont répertoriés. 

Si Dom Ybert prêtait déjà quelques  livres, ce n'est pourtant qu'à partir du 15 mai 1820 que l'ouverture a lieu régulièrement deux fois par semaine : le dimanche et le jeudi de 14 heures à 16 heures.
 Les deux bibliothécaires qui vont suivre, Monsieur François Clouet et son fils, vont surtout s'attacher à mener à bien le récolement des livres. L'abbé Clouet a marqué l'histoire locale avec la rédaction de L'histoire de Verdun publiée en 1867 et restée inégalée à ce jour. Par sa fonction, il a accès à de nombreux documents, certains disparus aujourd'hui. 

Le 28 septembre 1890, la bibliothèque est transférée du collège à l'ancien théâtre,  bâtiment des bains-douches disparu en 2000. Une carte postale de l'époque la représente avec sa grande salle et ses hauts rayonnages. 

Monsieur Leboyer, bibliothécaire de la Ville avec beaucoup de prévoyance avait dès le début de la grande  guerre protégé dans les sous-sols de l'évêché, les livres les plus précieux. Très vite, il recherchera une ville susceptible d'accueillir les collections. C'est vers sa ville natale, Riom, qu'il trouva l'hospitalité pour notre patrimoine. 
Manuscrits, incunables et imprimés rares furent ainsi protégés.
Le premier convoi a lieu le 27 septembre 1915, deux jours avant le bombardement de la bibliothèque, un deuxième convoi partira le 29 novembre.
Ce n’est qu’en septembre 1916 que se fera l’évacuation totale de la bibliothèque sur Bar-le-Duc par la « Voie sacrée ». Déposés en vrac dans des camions, les ouvrages seront répartis entre la bibliothèque et les archives départementales. L’opération dura plus d’une semaine et exigea une trentaine de camions.
En mars 1918, le dépôt de Verdun rejoint Riom. 
En 1920, les ouvrages reviendront dans une ville en ruines.
Amoncelés dans les sous-sols de l'évêché, ils y resteront 7 ans. 
Quelques photographies d'époque révèlent l'extraordinaire chaos de ce fonds jeté sur des planches. 

Le journal "l'Eclair" écrivait en 1922 dans un article intitulé "la bibliothèque au tombeau" qu'il était impossible sans un profond serrement de coeur [de pénétrer] dans une pareille nécropole de livres".
Pourtant Monsieur Leboyer ne bénéficiera d’aucune reconnaissance et il partira en 1921 prendre la direction de la bibliothèque de Cambrai.
C'est grâce à lui, si aujourd'hui, Verdun peut se parer du titre de première bibliothèque lorraine pour les fonds médiévaux. 
Après la guerre on décide de réinstaller la bibliothèque au Palais Episcopal. L’espace affecté à la bibliothèque avait été quasiment détruit. Les travaux de reconstruction furent longs.

 C'est le 21 septembre 1927  que Monsieur Victor Schleiter, maire de Verdun et Monsieur Raymond Poincaré, alors président du Conseil, inaugurent les nouveaux bâtiments.

Les lecteurs, eux, durent attendre le 1er octobre 1928 pour la réouverture au public.
 
 La bibliothèque d'étude est aujourd'hui dans les mêmes locaux.